You are currently viewing Se promener à SCANDOLA

Se promener à SCANDOLA

Voir La réserve de Scandola fai partie des incontournables de votre visite en Corse.

Vous en aurez plein les yeux, ses couleurs magnifiques, ses paysages et escarpements fantastiques, ponctués de curiosités géologiques ou encore les ‘taffoni’, sculptures façonnées par le vent ,le sel des embruns. 

Sur les falaises rouges vous pourrez admirer une végétation variée : myrtes, lentisques, euphorbes arborescentes, chênes verts, arbousiers, bruyères arborescentes, cistes etc…. 

La transparence et la pureté de l’eau permettent à Scandola d’avoir un eco-système marin très developpé.

Créée le 9 décembre 1975, Scandola fut la première Réserve de France à double vocation : marine et terrestre. Sa superficie est de 900 ha sur terre et de 1000 ha marins.

Cette presqu’île d’origine volcanique est le premier site naturel français inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. 

La réserve

est avant tout exceptionnelle par sa structure géologique. Elle occupe la presqu’île de Scandola,  massif de porphyre aux formes tourmentées. Sa végétation est un remarquable exemple de maquis. On y trouve des goélands, des cormorans et des aigles pêcheurs.

Les eaux transparentes, aux îlots et aux grottes inaccessibles, abritent une riche vie marine. On y recense plus de 450 espèces d’algues.

Côté vertébrés, l’abondance est remarquable, 125 espèces ont été inventoriées, en particulier pour celles devenues rares dans la Grande Bleue : le mérou (ou Epinephelus marginatus), la badêche (Epinephelus alexandrinus), le denti (Dentex dente). 

La réserve est le refuge des espèces protégées. C’est l’un des derniers sites qui abrite la Patelle Ferrugineuse. Espèce en voie de disparition sur le littoral Méditerranéen elle vient d’être classée espèce protégée au même titre que la grande cigale, l’oursin diadème et la grande nacre, toutes présentes dans la réserve. 

La réserve naturelle est soumise à une réglementation stricte. Sur terre, le débarquement est interdit. En mer, sont interdits : la pêche, la chasse sous-marine, la plongée en scaphandre autonome, le ramassage des animaux et végétaux marins, le rejet des détritus et le mouillage entre le coucher et le lever du soleil.

Entre terre et mer, cette zone exceptionnellement sauvage est le reflet d’une forte volonté de préserver pour les générations à venir un patrimoine riche et bénéfique.

Voir La réserve de Scandola fai partie des incontournables de votre visite en Corse.

Vous en aurez plein les yeux, ses couleurs magnifiques, ses paysages et escarpements fantastiques, ponctués de curiosités géologiques ou encore les ‘taffoni’, sculptures façonnées par le vent ,le sel des embruns. 

Sur les falaises rouges vous pourrez admirer une végétation variée : myrtes, lentisques, euphorbes arborescentes, chênes verts, arbousiers, bruyères arborescentes, cistes etc…. 

La transparence

et la pureté de l’eau permettent à Scandola d’avoir un eco-système marin très developpé.

Créée le 9 décembre 1975, Scandola fut la première Réserve de France à double vocation : marine et terrestre. Sa superficie est de 900 ha sur terre et de 1000 ha marins.

Cette presqu’île d’origine volcanique est le premier site naturel français inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. 

La réserve est avant tout exceptionnelle par sa structure géologique. Elle occupe la presqu’île de Scandola,  massif de porphyre aux formes tourmentées. Sa végétation est un remarquable exemple de maquis. On y trouve des goélands, des cormorans et des aigles pêcheurs.

Les eaux transparentes, aux îlots et aux grottes inaccessibles, abritent une riche vie marine. On y recense plus de 450 espèces d’algues.

Côté vertébrés

l’abondance est remarquable, 125 espèces ont été inventoriées, en particulier pour celles devenues rares dans la Grande Bleue : le mérou (ou Epinephelus marginatus), la badêche (Epinephelus alexandrinus), le denti (Dentex dente). 

La réserve est le refuge des espèces protégées. C’est l’un des derniers sites qui abrite la Patelle Ferrugineuse. Espèce en voie de disparition sur le littoral Méditerranéen elle vient d’être classée espèce protégée au même titre que la grande cigale, l’oursin diadème et la grande nacre, toutes présentes dans la réserve. 

La réserve naturelle est soumise à une réglementation stricte. Sur terre, le débarquement est interdit. En mer, sont interdits : la pêche, la chasse sous-marine, la plongée en scaphandre autonome, le ramassage des animaux et végétaux marins, le rejet des détritus et le mouillage entre le coucher et le lever du soleil.

Entre terre et mer, cette zone exceptionnellement sauvage est le reflet d’une forte volonté de préserver pour les générations à venir un patrimoine riche et bénéfique.



Licence de l’image principale:
Bluesoft57000, CC BY-SA 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0, via Wikimedia Commons
Licence de l’image du rocher:
Pierre Bona, CC BY-SA 3.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0, via Wikimedia Commons
Licence de la dernière image:
Source: Flickr, Auteur: Anna & Michal